Yannick Dacheville et la voile

Ma grande passion, la voile

This content shows Simple View

Tout ce qu’il faut savoir pour réussir un voyage en voilier, par Yannick Dacheville

Un voyage en voilier se prépare avec minutie car s’agit ache traverser plusieurs pays pendant une longue période.

Yannick Dacheville vous révèlera qu’il faudra vous imprégner à la fois de mécanique, d’électricité, de plomberie, d’électronique et de composite. Préparer un bateau pour un voyage en mer demande beaucoup de sacrifices. De ce fait, rien ne doit vous échapper et effrayer. Avec votre boîte à outils, les gants en mains, mettez-vous à l’œuvre. Bien qu’étant incontournables, ces moments de préparation vous offrent l’opportunité de mieux connaître votre bateau, la satisfaction de vous rassurer que tout sera parfait une fois en mer. S’offrir un voyage heureux, c’est aussi s’offrir une préparation de qualité.

Les méthodes de préparation d’un voyage voilier

Même si vous êtes marin, avez-vous pensé à l’armement du bateau, à l’autonomie en énergie, aux équipements de sécurité, au choix des voiles, au problème de l’eau à bord, aux enfants, au budget et autres ? Sachez qu’il ne suffit pas d’être un bon marin pour bien mener un voyage en mer. Vous devez engager de nombreux convoyages et courses au large.

Faire de la voile n’est pas une affaire simple. C’est une expérience incroyable et vous devez absolument connaître les fondamentaux avant de vous y lancer, aussi formidable soit-elle. Sa pratique étant une véritable source de loisir, vous devrez vous préparer sérieusement afin de découvrir avec sérénité les paysages surprenants et les animaux atypiques, mais aussi de profiter des plaisirs de la mer.

Si vous en êtes à votre première expérience, suivez les étapes ci-après.

Etape n°1 : comment fonctionne le voilier ?

Si vous êtes débutant en la matière, ne paniquez, allez-y étape par étape. Cherchez d’abord à comprendre le fonctionnement du bateau à voile, cela est très important. Un peu différent des autres bateaux, il utilise le vent pour se déplacer. Yannick Dacheville partage son expérience : c’est le vent qui constitue sa force principale de propulsion, un véritable carburant indispensable à la balade. Cela signifie qu’il est nécessaire de connaître la direction du vent pour un débutant dans cette activité. Suivre un stage ou une formation afin de pouvoir maîtriser le réglage serait un excellent atout. Cela vous permettra d’être autonome et de pouvoir naviguer en solitaire. Ce n’est certes pas facile de réaliser ce genre de rêve, mais il faut oser.

Etape n°2 : Vérifier impérativement les équipements

Les nombreuses écoles de voiles en France accueillent une multitude d’apprenants de loisirs nautiques. Au cours de différents stages, ils sont suivis par des moniteurs professionnels diplômés de ces établissements. Il estime que ces formations sont des occasions pour s’initier à la voile ou se perfectionner pour mieux naviguer seul. Offrez-vous alors un stage afin de vous accorder des petits voyages en mer avec vos amis.

C’est vrai que votre passage dans une école d’initiation va vous permettre d’apprendre les fondamentaux de la pratique. Mais sachez que pour une bonne navigation, il faut aussi penser aux équipements comme les duvets, les cirés, la veste, l’imperméable, le chapeau, les lunettes de soleil et les bottes pour vous disposer dans le confort. N’oubliez surtout pas la petite boîte à pharmacie avec l’anti-mal de mer.

Etape n°3 : Le chef à bord

Naviguer à bord de ce vaisseau ne s’improvise pas, il faut avant tout avoir une expérience nautique. Alors si vous êtes débutant, il est conseillé de confier les commandes du navire à celui qui s’y connaît, normalement à un professionnel. Faites appel à un expérimenté et profitez de sa présence pour vous perfectionner en capitanat. Etre capitaine à bord d’un navire en croisière n’est pas donné à tout le monde, c’est pourquoi ce dernier doit avoir une expérience nautique avérée.

En plus du chef de navire, une autre personne compétente doit être présente auprès de lui pour l’aider dans les tâches du voyage, conseille ce passionné. En effet, il y a toujours quelque chose à faire sur un navire au cours d’une croisière. Il y aura des moments où vous devrez envoyer et réduire les voiles, calculer les marées, mouiller l’ancre etc.

Etape n°4 : Prévoir la cuisine en mer

Prévoir une cuisine pendant votre virée nautique signifie qu’il faut faire une bonne provision en termes de vivres. Même si naviguer est une occasion pour se faire plaisir, il est aussi nécessaire de maîtriser la cuisine en mer. Cela peut offrir un gain d’autonomie supplémentaire. Il faut alors tenir compte de la durée du séjour de la croisière avant de faire votre approvisionnement.

Pour réussir une croisière sur un voilier, vous devrez privilégier les aliments facilement conservables tels que les pâtes, œufs, riz, huile, pommes de terre… N’oubliez pas que les conserves et les boissons font partie du voyage, bien emballés dans une glacière.

Etape n°5 : Plus d’informations sur la location du moyen de transport

Lorsque vous avez cerné les bases techniques et logistiques, penchez-vous sur la location du navire. Confiez-vous à un loueur expérimenté qui connait parfaitement le bassin de navigation. Il est préférable de choisir un bateau de croisière sur-mesure, car il est plus stable. Il vous permettra de mieux vivre cette première expérience et augmentera vos passions pour les loisirs.

Etape n°6 : Miser sur la sécurité à bord

Cette étape est une sorte de conseils pour permettre aux amateurs de voile de gagner en confiance. L’objectif est de leur offrir les réflexes d’un bon navigateur afin de toujours garantir la sécurité à bord. Une des premières règles de sécurité, d’ailleurs fondamentale pour un débutant, est de ne jamais s’éloigner des côtes.

En effet en équipage familial, la peur de faire naufrage devant l’immensité de la mer peut devenir un cauchemar. Pour éviter tout cela, prenez soin de faire la vérification technique de votre bateau, à savoir le moteur, l’état des voiles, le matériel de sécurité et autres. Enfin, il faut s’assurer bien évidemment que tout est parfaitement au complet.

Etape n°7 : Quel est le moment idéal pour le grand départ ?

Si la sécurité à bord du navire est une question essentielle, le moment idéal pour le départ l’est également. En effet, les intempéries telles que celles qui provoquent l’agitation des océans constituent souvent une réelle menace pour des voyages de plaisance. Ainsi par mesure de prudence, le choix du bon moment pour le départ est très important. Si vous souhaitez explorer les littoraux de la Corse et de la Côte d’Azur, la période du 20 juillet au 20 août est idéale. Les Caraïbes sont plus accueillantes de mai à juillet.

Dans tous les cas, il est essentiel de se référer au climat de chaque région pour éviter les périodes à risque comme celle du cyclone.

Yannick Dacheville en voilier

Les nécessaires pour effectuer tranquillement son tour du monde

Vous voulez vous offrir un tour du monde en famille ? C’est simple, mais avant de partir, vous êtes tenu de choisir votre navire en fonction de votre programme et effectuer les formations nécessaires.

Sachez que comme un voyage ordinaire, une croisière se prépare sur une longue période, entre un et deux ans selon l’expérience en navigation. Hormis le volet technique de l’équipage, il y a l’aspect budgétaire, les formalités administratives, l’éducation des enfants et bien d’autres à considérer avant de partir en grande équipe.

Lorsque vous décidez d’effectuer cette activité, vous devez définir les objectifs du voyage. Vous rassemblerez ensuite les nécessaires par rapport à cela. Il est vrai que certains choisissent ce genre de déplacement pour passer du temps en famille, d’autres pour faire du sport, et vous, que recherchez-vous en l’effectuant ? Généralement, on choisit le support c’est en fonction des objectifs, donc définir les raisons d’un tel voyage est très important.

Vous avez le choix entre différents bateaux pour effectuer un tour du monde dans le confort et la sécurité. Le catamaran ou le monocoque ou encore les baroudeurs, lequel préférez-vous ? Concernant le tour du monde en mer, il est préférable d’opter pour une construction en aluminium pour se parer des objets flottants non identifiés (OFNI) performants, parce que justement les OFNI sont à la base de beaucoup d’accidents en mer.

Le transport, qu’il soit neuf ou d’occasion, aluminium ou composite, catamaran ou monocoque, sera choisi en fonction du budget. Comprenez que généralement le choix ne dépend pas forcément du budget, mais plutôt du programme. Choisissez un bon voilier et comme le dit Yannick Dacheville, le voilier doit être bien sécurisé pour vous offrir un séjour agréable et inoubliable.

Une fois que le bateau est acheté, vous devrez l’équiper. A cette étape, il faut solliciter les services d’un marin expérimenté en capitanat et en équipage. Il faut savoir distinguer les bagages indispensables et ceux dont on peut se passer.

C’est pourquoi la formation de l’équipage est vraiment nécessaire, elle permet d’éviter beaucoup d’erreurs lors des manœuvres. Lorsque vous êtes bien formé, cela garantit votre autonomie. Vous êtes capable d’arranger une panne mécanique, électrique, un problème de tuyauterie ou même de gréement. Yannick Dacheville conseille que l’objectif est de pouvoir entretenir soi-même la maintenance dès qu’on est en mer.

Profitez des nombreux stages de mécanique, d’électricité marine, de plomberie ou encore de voilerie pour avoir toutes les aptitudes d’un capitaine professionnel. Apprenez à réparer le moteur de bateau, cela va vous aider au cours de différentes virées. Avec ces stages de deux à trois mois, vous pouvez également vous former sur la météo marine, apprendre à lire les cartes, anticiper la route, régler les voiles, savoir laquelle utiliser sous quelle allure etc.

Même après ces formations et stages, vous pouvez solliciter les services d’un skipper professionnel pour quelques semaines afin de vous aider à avoir la main.

L’objectif est de vous permettre d’acquérir des automatismes afin d’être véritablement autonome sans plus jamais avoir besoin de l’appui d’autre personne pour naviguer en mer.

Prévoyez aussi des formations médicales, cela va vous permettre de pouvoir gérer toutes les urgences lorsque vous serez seul. Vous avez la possibilité de faire des formations médicales à distance, deux fois par exemple et vous serez opérationnel.

Complétez votre formation par le stage ISAF qui est d’ailleurs obligatoire. Il vous apprend comment utiliser le matériel et les équipements de suivie et de sécurité. Les méthodes de sauvetage en mer sont enseignées au cours de ce stage. Il faut accepter de vous former, cela évite bien de problèmes en mer.

Sur le plan administratif, le voyage en voile se prépare aussi avec minutie. Soyez attentif sur certains aspects à savoir les visas et les passeports, la santé pendant le voyage, la sécurité à bord, le côté énergétique et électronique, la scolarisation des enfants au cas où ils font partir du voyage. Tous ces points doivent être clairs avant de partit pour le tour du monde.

Les passeports et visas sont des documents importants pour tout projet de voyage hors de son pays. C’est le côté le plus stressant avant et pendant le voyage. Les frontières étant mises en place, ces documents sont demandés chaque fois que vous traversez une frontière entre deux nations. Même en mer, il y a des frontières qu’il faut respecter.

C’est pourquoi, une fois que vous envisagez d’entreprendre un voyage comme le fait Yannick Dacheville, vous devrez vous renseigner sur les types de documents exigés par les pays que vous allez traverser au cours de votre trajet. Les pré-requis tels que les vaccins, passeport ainsi que la durée de votre visa sont nécessaires pour organiser tranquillement le déplacement.

Cette aventure a des réalités qui peuvent vous échapper. Votre navire peut être fouillé, les papiers peuvent être contrôlés pour vérification de délai par exemple. Pour cela, il faut s’attendre à tout en arrivant dans chaque pays. Yannick partage que c’est la seule manière de vous en sortir sans difficulté, car chaque nation à ses lois et règlement auxquels il faut se conformer.

Avant tout, Yannick Dacheville prend au sérieux l’aspect santé qui est très important. En effet, certains vaccins sont indispensables avant de prétendre entrer dans certains pays, il y a également des maladies qui sont peu connues des aventuriers alors qu’elles sont assez fréquentes. Faire ces vaccins avant le grand tour est nécessaire.

Certains pays exigent tous les vaccins obligatoires ainsi que ceux qui sont fortement conseillés. Vous devrez également vous renseigner s’il y a des médicaments qui doivent être pris avant de vous rendre dans certaines régions ou lors de la visite de ces destinations. En principe, soit le médecin de la famille soit le professionnel médical spécialisé dans les voyages doit pouvoir donner toutes ces informations pour être au top lors l’embarquement.

 

Avertissement : Soyez prévoyant car certaines maladies surprennent, c’est pourquoi vous devrez toujours posséder une petite boîte à pharmacie. Dans certaines régions du monde sont réputées pour leurs animaux sauvages qui portent des maladies dangereuses pour l’homme, comme l’Amazonie et l’Afrique par exemple. Renseignez-vous sur ces bêtes auprès des médecins spécialistes.

yannick dacheville vacance à la mer

Dans toutes activités humaines, la sécurité doit être de mise pour permettre la stabilité et la tranquillité. Ainsi que ce soit pour un tour du monde ou une simple balade, il faut que votre voilier ait un équipement bien sécurisé. C’est pourquoi vous devez avoir un esprit d’anticipation pour prévenir les éventuels incidents susceptibles de survenir pendant le trajet. Une préparation est donc indispensable pour affronter sereinement de telles situations.

Les équipements à bord doivent comporter au moins une trousse de premiers soins, des fusées de détresse, une bouée de sauvetage rattachable à une corde d’au moins 75 pieds, d’une radio WHF ou d’un téléphone capable d’être capté dans la destination visitée ainsi que des gilets de sauvetage. Un bateau bien équipé et sécurisé est une assurance permettant d’affronter en toute quiétude les éventuels problèmes qui peuvent survenir.

En la matière, la garantie sécuritaire est une condition nécessaire qu’il faut satisfaire avant d’obtenir un visa dans certains pays. Si vous envisagez effectuer un tour du monde ou une balade en famille par ce moyen, c’est à vous voir ces conditions pour la réalisation de ce projet.

« L’énergie et l’électronique sont des secteurs essentiels à régler surtout pour un long séjour en bateau. Il va falloir avant tout maîtriser ses dépenses en énergie ». L’énergie et la communication sont deux points qui vont presqu’ensemble, simplement parce que la communication dans un bateau utilise nécessairement les moyens énergétiques. En faisant vos prévisions ou bilans énergétiques, vous devez pendre en compte le volet diffusion. En réalité, un bilan énergétique touche non seulement l’électricité, mais également le gazole, l’essence ainsi que les autres combustibles indispensables pour le fonctionnement de tout objet dans le bateau.

Les conversations sont très importantes durant le parcours entre Yannick Dacheville et les autres marins, elles permettent de rester en contact avec une personne sur terre. Elle peut vous être utile en cas de panne grave ou d’accident. Les diffusions peuvent aussi vous aider à prendre les bulletins météo et en savoir davantage sur les menaces de la zone de navigation.

Il arrive que certaines personnes se déplacent avec toute leur famille. Qu’en sera-t-il pour l’éducation des enfants pour un tour du monde qui peut durer longtemps ? Voyager en famille est un beau challenge à condition de ne pas négliger les études scolaires.

Vous avez deux possibilités qui s’offrent à vous en matière de scolarité dans l’embarcation. La première consiste à donner vous-même les cours aux enfants en vous servant de manuels au programme. Pour ce faire, il va falloir acheter ces livres avant de partir en voyage. Il faut cependant se poser la question si vous aurez le temps matériel pour vous concentrer correctement sur ces tâches ?

Yannick dacheville vacance à la mer

La seconde possibilité est de prendre les cours par correspondance. Le Centre National d’Etude à Distance (CNED) est dans ce dernier cas bien placé pour vous aider dans ce sens. Il vous envoie au fil de l’eau les cours qui sont enseignés dans l’année et ce jusqu’aux évaluations finales si vous êtes candidat aux examens de fin d’année. Ce diplôme sera reconnu si vous êtes dans un pays où le système éducatif suit le programme scolaire français.

Quel est le budget alloué à votre trajet qui va durer des mois? Ce point est très capital parce que vous partez pour un long séjour, il faut alors prévoir de l’argent nécessaire pour faire face à toutes les dépenses importantes ou même facultatives. Ne vous attardez pas sur les détails des dépenses, mais prévoyez plutôt un montant global par mois avec une majoration.

Personne ne sait ce qui pourrait arriver durant le parcours, mieux vaut être bien équipé financièreent pour faire face aux imprévus. Les cas d’accidents ou de bris sur le bateau sont possibles, c’est pourquoi il est toujours intéressant de précautions.

Les types de voiliers

Le voilier est un bateau actionné par le vent. Destiné pour des missions larges, il peut aujourd’hui être utilisé pour la pêche, la guerre, la promenade de plaisance et autres. Il existe actuellement de nombreux types de voiliers à l’image des dériveurs sportifs, des quillards, des multicoques, des embarcations de croisière, de course et de conquête…

Les dériveurs sportifs

Ce type est utilisé pour la formation ou le stage des apprenants en voile. Il est caractérisé par une dérive, un appendice plat et amovible. Il est considéré comme une redoutable embarcation de compétitions, d’où son nom de dériveur sportif. Les principaux voiliers reconnus pour leur performance sont « l’optimist », le 470 et le Laser 5000. Ce dernier possède une grande taille et une coque petite.

yannick dacheville vacance à la mer

Les quillards sportifs

Difficile à transporter à cause de son poids assez important, ce genre est malheureusement peu utilisé. Cependant, grâce à son plan de dérive, son couple de redressement est important. Il possède un lest de plomb ou de fonte qui alourdit son extrémité. C’est un véritable bateau de sport.

Les voiliers de croisière

Ils mesurent généralement plus de six mètres de long. Ils possèdent des coques en bois, en plastique, en aluminium ou en bois composite. Bien robustes, ils ont une quille longue à bulbe ou courte à ailettes.





top